Après des études d’histoire de l’art, et un enseignement supérieur en cinéma et audiovisuelle – ESRA Paris 15 -, je me consacre aux différentes écritures visuelles, du documentaire au portrait, tout en collaborant avec le milieu télévisuel et de la presse écrite. Mes premiers travaux trouvent leur origine dans des réalités sociales nourries par la dimension accidentelle et improbable de rencontres. Des histoires simples et ordinaires qui traitent de l’identification, de l’intime et de la vulnérabilité. La question de l’altérité pourrait être l’un des fils rouges de mes premières réalisations.

Après une période de perte, déstabilisante et instable, aujourd’hui, est un nouveau cycle. Mon environnement « peu banal » m’oblige à revoir ma position. Cette nouvelle pratique artistique se dévoile parfois sous forme de collections qui entrent en résonance avec un univers lié au « quotidien ». Une reprise d’étude en licence d’Arts Plastique à l’université Panthéon-Sorbonne Paris 1, accentue ma recherche autour de nouveaux médiums. Une recherche composée de facteurs sensibles et imaginaires, empreint de mémoire ou la figure de l’absence se dessine. Ces éléments venus de mon propre environnement, convoquent la littérature, les arts populaires, la peinture et le dessin, le cinéma afin de proposer une narration qui frôle le surréalisme. De fragments silencieux, aux chuchotements fantomatiques de photographies vernaculaires, mon esprit vagabonde et se confronte à une forme de consolation, la photographie comme repère …

…………………………………………….

Représentée en galeries dès 2013, ses ouvrages sont publiés à partir de 2014.  « Je (ne)suis » aux éditions de l’appartement, « Les clés d’or de l’espace interdit » et « Méta(mor)phoses » aux éditions de l’épair.

Son travail a été exposé dans divers institutions et de nombreux festivals comme, le Printemps Haussmann Paris, la biennale de photographie en Condroz Belgique, Encontro da Imagem festival de Brag Portugal, la Nuit de la Chaux Suisse, Musée de la mode de Hasselt Belgique, La Maison Consulaire de Mende, Le Château de Saint-Alban-sur-Limagnole, la BNF site Richelieu.

Ses photographies font partie de nombreuses collections publiques et privées telles que, la Bibliothèque Nationale de France, Association Art Culture et Psychothérapie Institutionnelle Hôpital de St-Alban sur Limagnole, Centre Culturel Auguste Dobel CRE RATP.

Depuis 2012, elle encadre des ateliers autour de l’image et des différentes disciplines artistiques. En 2019,  elle enseigne les arts plastiques au collège.

En 2017, avec Sandy Berthomieu (critique d’art), elle crée Les Editions de l’épair dont l’ambition porte sur une co-présence des démarches photographiques et picturales, littéraires et poétiques.

Soraya Hocine partage son temps entre Paris et la région Nouvelle-Aquitaine.